Vendredi 17 septembre 2010 à 1:24

 http://des-photos-parmis-tant.cowblog.fr/images/papillon.jpg
                                                                                                                                                                      


                   Cette présence divine, au dessus de la tête, une essence 
qui vadrouille partout autour. Comme l'étoile  polaire,
comme quand on dit : "terre en vue".
Il faut le noir complet, il faut du temps,
sinon ça s'échappe
-   cette image, subreptice -
ça s 'échappe.

Et puis parler de toi, c'est comme penser au rocher,
celui du bout du monde où je crie
à l'intérieur
mais tout le monde entend. 
Successions d'années.
Je suis fanée de ne pas te voir.
L'immense balance de la culpabilité et de l'amour
s'écrase tous les jours, au moment où le feu
va changer de couleur. 


Mon esprit s'arrête devant la vitrine du Mistral-Gagnant.
Tu ne le verras jamais.
Des années lumières plus loin, il y a ton petit toi
qui tourne sur lui-même au milieu d'âmes énergiques,
passants témoins de cette demi-vie dont on me dépouille.
Je suis nue.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://des-photos-parmis-tant.cowblog.fr/trackback/3039419

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast